Recueil de photos réalisé grâce à la participation de Claude DANDREIS, Alain SCHANTZ, Pierre PIVA, Jacques ARAGOU, Clément CHARRUT, Georges PLASSART et Michel ROSELE.



             Le "Divers"              Les "Divers(es)"        


Le mot du président - Post-Mont Sainte Odile


Mont Sainte-Odile 2008

J’avoue être un peu gêné et je crains de perdre un peu de ma crédibilité en usant une fois encore du superlatif, mais comment faire autrement.


Depuis 2004 toutes nos réunions promo, qu’il s’agisse d’Annecy et du plateau des Glières, puis d’Arromanches, de La Grande Motte, de l’île de Porquerolles et cette année enfin du mont Sainte-Odile ont marqué les esprits, chacune d’elle ayant eu sa caractéristique, à chaque fois différente, les inscrivant de façon indélébile dans nos mémoires.


Ceux qui les ont toutes vécues reconnaîtront sans doute avec moi qu’il y eut d’abord, à Annecy, l’imprévisible alchimie de la connivence entre épouses, dont on avait l’impression qu’elles se connaissaient depuis toujours, et sur le plateau, l’intense émotion de cette Marseillaise chantée par des enfants, avec en écho notre Prière, si émouvante, remuant chacun au tréfonds de lui-même, civil comme militaire.


Puis ce fut Arromanches, pèlerinage historique à connotation gastronomique, dont nos papilles ont gardé la mémoire et vouent une éternelle reconnaissance à l’organisateur qui continue à nous régaler lors de chaque réunion (les épouses savent désormais apprécier le calva centenaire), ce furent ensuite La Grande Motte et Porquerolles, hauts lieux touristiques baignés de soleil et aux paysages de rêve, et enfin le Mont Sainte-Odile.


Que dire du Mont Sainte-Odile ?

Il y a eu bien sûr l’aspect touristique, la visite passionnante de l’écomusée d’Ungersheim où je vois encore cette bande de grands-enfants revenus un demi-siècle en arrière s’amusant follement sur le manège de chevaux de bois le plus ancien d’Europe (encore en service), la visite de la cave Thirion à Saint-Hyppolite, celle de la charmante cité de Riquewhir et la visite guidée du mont pour les seules épouses pendant notre A.G. mais il y a eu aussi bien autre chose.


Le mont Sainte-Odile est certes un lieu de haute spiritualité mais une fois encore, et sans doute avec une intensité jamais atteinte jusqu’alors, j’ai ressenti une joie profonde, fraternelle, sincère, solidaire imprégner chacun des merveilleux moments que nous avons passés ensemble. Ma raison a beau me dire que j’embellis probablement à l’excès, mon cœur me dit que j’ai raison et que je dois le laisser s’exprimer.


Nous avons été soixante-quatre, en ne comptant pas les épouses, à avoir assisté depuis 2004 à une ou plusieurs de nos manifestations. Est-ce bien ou pas, suffisant ou non, sommes-nous assez représentatifs, là n’est pas la question.

Nous nous retrouvons parce qu’il y a 40 ans, au début de notre vie d’adulte, nous avons tous eu la même envie de servir notre pays en lui consacrant une plus ou moins longue période de notre existence. Pendant un an, nous avons reçu une formation commune, vécu ensemble et tout partagé. Cette courte année à créé des liens, parfois distendus au fil des années, mais dont on se rend compte aujourd’hui de la vigueur et de la force et qui ne laissent de me surprendre.


Nous étions 188 au sortir de Coëtquidan, et si le nom de chacun m’était familier, force est de reconnaître que sorti de ma section et de ma brigade, les contacts étaient parfois très limités tant nos activités en commun étaient peu nombreuses. Il en était de même à Strasbourg. Ensuite, pendant ma vie professionnelle, combien de camarades de promo ai-je eu l’occasion de rencontrer dans le cadre du service. Très peu assurément. Il ne serait donc pas surprenant que, les années passant, l’évocation de certains noms n’éveille en moi que peu d’écho, et pourtant il n’en est rien.


Ils appartiennent à la promo, ma promo, ils ont partagé mon idéal, ils sont donc de ma famille et quelque chose de fort et d’indéfinissable me lie à eux. Le mot amitié n’est pas assez fort, celui de frère d’arme non plus, il est de ma promotion et je me dois donc de lui venir en aide, à lui et à sa famille, de l’accueillir en toutes circonstances s’il en éprouve l’envie ou le besoin, sans même avoir à me poser la question du pourquoi je le fais tellement c’est naturel.


En poursuivant ma réflexion et par référence à ce lieu de spiritualité qu’est le mont Sainte-Odile, c’est la parabole de l’enfant prodigue qui me vient à l’esprit lorsque je pense aux camarades qui ne nous ont pas encore rejoints et qui sont susceptibles de le faire.


Je voudrais leur faire partager ces moments de grand bonheur que nous vivons tous les ans lors de nos retrouvailles, en leur disant que notre plus grande joie serait qu’ils puissent les vivre avec nous.

Ils nous rejoindront quand ils estimeront être prêts, nous ne leur demanderons aucune explication, ils n’auront à se justifier de rien, leur présence et la joie qui se lira sur leur visage, suffiront à notre bonheur. S’ils ne se sentent pas encore prêts, c’est sans importance, mais qu’ils sachent que le jour où ils le voudront, ils seront accueillis comme il se doit et fêtés comme “l’enfant prodigue” le fut à son retour.


Je me dis aussi parfois que, moi y compris, l’âge aidant et les problèmes de santé pouvant se faire jour, un certain esprit casanier peut commencer à se manifester. Il faut le combattre, et les épouses peuvent alors jouer un rôle déterminant. Le petit effort à accomplir est récompensé d’incommensurable façon. Il faut franchir le pas. Dois-je enfin essayer de forcer le destin en écrivant personnellement à chacun de ceux qui hésitent encore ? Non, et je ne le ferai pas. Je respecte trop le libre choix de chacun et je n’ai pas à connaître les raisons qui le fondent, ni à vouloir forcer leur intimité. Ils feront (ou ne feront pas) la démarche quand ils y seront prêts. Nous les accueillerons alors.


Pour conclure sur d’excellentes nouvelles, outre le fait que cinq (même six si je compte Jean-Pierre Thouvenin et son épouse) de nos camarades nous rejoignaient au Mont Sainte-Odile pour la première fois depuis Annecy, quelle n’a pas été ma surprise, lors du vin chaud de bienvenue, de découvrir parmi nous la présence d’André-Alain Didelot et de son épouse.


Quel magnifique exemple des liens indéfectibles qu’une seule année commune a suffi à créer. André-Alain Didelot est sorti de Coët avec nous en 1970, a fait son année d’application et a quitté l’institution militaire en 1973. Trente-cinq ans plus tard, il nous retrouve (ou nous le retrouvons je ne sais) au Mont Sainte-Odile, en camping-car, avec son épouse. J’ai trouvé cette rencontre tellement extraordinaire que, la surprise et la fatigue du voyage aidant, les mots m’ont manqué pour lui dire toute la joie que nous éprouvions à les retrouver tous les deux. Voilà l’exemple de ce à quoi nous aspirons, même si 35 ans c’est quand même un peu long, et nous formons le vœu que nous n’attendrons plus aussi longtemps pour les retrouver à nouveau.


Je ne voudrais pas conclure sans évoquer un autre moment très fort, de notre séjour alsacien. Vous savez tous que nos rencontres, immuablement, se terminent par une petite cérémonie au cours de laquelle est évoquée la mémoire de nos camarades disparus.


Nous avons eu l’immense plaisir cette année, d’avoir parmi nous, pour cette cérémonie au monument aux morts de l’Ecole Militaire, madame Altorffer. Sa présence nous a réchauffé le coeur et constitue un formidable encouragement à poursuivre sur la voie que nous avons choisie. Elle est très sensible au fait que tous les ans, nous avons tous une pensée recueillie à la mémoire de Michel, et des moments aussi forts que celui-là sont la marque de notre indéfectible solidarité.


Heidi Zink enfin, si pétulante à Porquerolles, n’était pas au mont Sainte-Odile. Wolf en revanche a répondu présent. Nous savons ce que cela a dû représenter pour lui et lui en savons gré.


Merci bien sûr aussi à Irène et Martin Brillant, Mireille et Claude Collin qui ont tout organisé à la perfection mais je les remercierai de façon plus personnalisée.


Le Mont Sainte-Odile est désormais derrière nous. Vive Bordeaux 2009, a priori le dernier week-end de septembre.


Daniel Uguen


P.S. : le long plaidoyer que j’ai développé pour essayer de vaincre les dernières réticences de quelques camarades à nous rejoindre, ne veut bien sûr stigmatiser personne. Je sais, nous savons, que quelques camarades ou leurs proches, souffrent dans leur chair et se battent courageusement contre la maladie ou d’autres difficultés de toute nature. Que ceux pour lesquels nous connaissons leur combat soient assurés de toute notre affection et de notre réelle compassion. Les autres aussi, cela va de soi, même si nous n’en savons rien. La pudeur restera notre ligne de conduite. Nul n’a à se justifier de quoi que ce soit, et encore moins à dire ce qu’il n’a pas envie de dire.




L'assemblée générale (ordre du jour)


Assemblée générale Promotion Plateau des Glières
Mont Sainte Odile, .
Samedi 18 octobre 2008

ORDRE DU JOUR

1- Rapport moral. (D.Uguen)

2- Gestion du site informatique. (J.Blanchard)

3- Bilan trésorier. (J.C Laprévote)

4- Réponses aux questions posées
4-1-Bilan du groupe de réflexion après un an d’existence. (C. Rahier)
4-2-Relation entre l’association et la promo. Qui représente quoi ? (J. Aragou)
4-3-Étions-nous représentés lors de la prestation du Président de la République au Plateau des Glières ? Doit-on y participer ? (C. Leroy)

5- Réunion 2009 et perspectives ultérieures.
Parmi les suggestions proposées, notons :
- souhait pour que, au moins une année sur deux, soit défini un point géographique central, de telle sorte que la distance à parcourir par chacun ne soit pas trop importante.
- L’anniversaire des 40 ans de notre admission à l’EMIA aura lieu en 2009. Celui de notre sortie en 2010. Doit-on envisager à cette occasion l’une de nos réunions à Coët ?
- D’aucuns souhaiteraient que l’une de nos A.G. ait lieu à l’occasion d’un voyage à l’étranger. (JC Diaz)
- Notre camarade JL Béreil a étudié, dans le détail, l’organisation d’une réunion promo à Bordeaux en 2009 ou plus tard. Serge Capet en a fait de même pour Bourges. Des compléments d’information sont d’ores et déjà disponibles.
- Raymond Kuntzmann nous délivrera en 5 mn son étude sur une solution de réunions possibles.
Tous les avis et propositions seront les bienvenus.

6- Relations avec l’Epaulette et CR de la réunion de l’ensemble des promotions de l’EMIA à Coët en novembre dernier. (B. Lerolle)

7- Renouvellement du bureau et montant coti 2008/2009.
Rappel statuts
L'association est administrée par un bureau, élu pour trois ans en assemblée générale, parmi les candidats volontaires. Les membres du bureau sont rééligibles.
Il faut donc, cette année, procéder à l’élection (ou la réélection) du bureau.
Les candidats aux différents postes à pourvoir sont invités à se manifester dès à présent auprès du secrétaire, étant entendu que toute candidature est recevable jusqu’au moment de l’ouverture de l’assemblée générale.

*************

NB : Il sera bien entendu répondu à toutes les questions posées. Afin de gagner du temps, il est souhaitable de consulter au préalable le site promo (info bureau) sur lequel apparaissent les correspondances échangées entre le président de l’Epaulette et celui de notre association. La réunion organisée par la promotion “Souvenir” y est aussi évoquée. Les réponses apportées seront en cohérence avec ces échanges qui ont eu le mérite d’être clairs et permettre de répondre partiellement aux questions posées.





Les inscrits :

Collin, Brillant, Schantz, Vallet, Roselé, Uguen, Bazaille, Aragou, Zink, Capet, Piva, Roger, Coatleven, Legout, Alentado, Lauga, Kuntzmann, Neveu, Vernier, Mandine, Ricordel, Roselé, Charrut, Garrigues, Dandreis, Diaz, Job,Drancé, Lerolle, Rahier, Barassin, Plassart, .... (dans l'ordre d'arrivée des réponses)


Ils ne pourront pas venir :

Savy, Baldecchi, Barateau, Barrière, Béreil, Merlin, Morel, Nicolay, Renaud, Sautereau du Part, Lachaud, Bourret, Latournerie, Laprèvote, Leclerc, Loubineau, Lutz, Miniou, Targues, Merret, Payré, Villalonga, Cristofani, Bernadet, Doireau, Despinois, Bargetzi, Largillière, Pichard, Catesson, Godard, Servissolle, de Lesquen,Ros, Decomble, Edouard, Duquesne, Richard, Blache,Maes,  Levavasseur, Ros, Tersier, Ginestet, Mouttou, Laurent, Macquet, Perrin, Houot, Theiller, Delacherie, Heff

(mais ils ont répondu)



Il manque 60 réponses